Retour accueil

Vous êtes actuellement : Femmes 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Avorter est un droit fondamental. Marchons samedi 8 mai 2021 à Saint-Brieuc pour le réaffirmer !

vendredi 7 mai 2021

La FSU, le planning familial, #Noustoutes, le CIDFF, SOLIDAIRES, la CGT et la CFDT appellent à se rassembler le samedi 8 mai 2021, à 11h devant la Préfecture de Saint-Brieuc pour défendre le droit l’IVG. Vous pouvez aussi soutenir l’allongement des délais légaux à 14 semaines pour l’avortement en France en signant et en partageant la pétition en ligne (lien dans l’article)

Diforc’hañ a zo ur gwir diazez.

Kerzhomp d’ar Sadorn 8 a viz Mae 2021 sant-Brieg

evit e gadarnaat !

Avorter est un droit fondamental Marchons samedi 8 mai 2021 à Saint-Brieuc pour le réaffirmer !

Le droit à l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) est un droit fondamental, le droit pour les femmes à disposer de leurs corps comme elles l’entendent, conquis de haute lutte en 1975 grâce aux mobilisations féministes. En France, 1 femme sur 3 a recours à l’IVG au cours de sa vie et environ 210 000 avortements sont pratiqués chaque année. Mais c’est un droit qui est sans cesse à défendre ou qui reste à conquérir dans de nombreuses parties du monde.

Un droit à l’IVG toujours menacé et entravé

La baisse des moyens pour l’hôpital public, la disparition de nombreux centres IVG entrainent de sérieuses difficultés d’accès à l’IVG. Outre le manque de centres dédiés, ce droit est entravé par les pressions patriarcales, notamment des groupes anti-choix qui bénéficient de puissants soutiens politiques et financiers leur permettant de faire régresser le droit à l’avortement en Pologne et en Hongrie par exemple, d’être massivement présents sur internet et de pratiquer la désinformation partout dans le monde, y compris en France. De plus, dans certains hôpitaux, des gynécologues invoquent la clause de conscience pour ne pas pratiquer d’avortement ! Accéder à l’IVG est donc un véritable parcours de la combattante, une lutte contre le temps et l’écoulement du délai d’accès aujourd’hui fixé à 12 semaines de grossesse / 14 semaines d’aménorrhée. Chaque année, entre 3000 et 5000 femmes résidant en France doivent se rendre à l’étranger pour avorter. Combien d’autres sont forcées à poursuivre une grossesse non désirée ? En effet, pour les mineures, les pauvres, les migrantes, les exclues ces difficultés d’accès sont encore plus fortes.Cette violence est infligée dans le silence et l’indifférence : cela doit cesser !

C’est aux femmes que la décision d’interrompre leur grossesse appartient et l’État doit leur en garantir l’accès libre et gratuit sur l’ensemble du territoire !  

L’allongement des délais légaux de l’avortement est une des réponses à apporter en urgence à la difficulté d’accéder à l’IVG aujourd’hui en France, ce serait un pas vers plus de justice et d’égalité. C’est pour cela que 50 ans jour pour jour après la parution du Manifeste des 343, un nouveau Manifeste a vu le jour pour faire pression sur les parlementaires afin qu’une loi soit votée pour faire passer les délais légaux de 12 à 14 semaines. C’est pour cela que nous appelons à rejoindre :

La Marche pour la défense de l’IVG le samedi 8 mai à 11H, au départ de la Préfecture à Saint-Brieuc

Vous pouvez aussi soutenir l’allongement des délais légaux à 14 semaines pour l’avortement en France :
- en signant et en partageant la pétition en ligne [https://www.change.org/p/olivier-v%...]
- en arborant la couleur verte et en utilisant les #MonCorpsMonChoix , #Manifeste343 , #PPLIVG sur les réseaux sociaux .

PDF - 375.6 ko
Tract à diffuser

Le manifeste des 343 : 5 avril 1971 / 5 avril 2021

PDF - 281.5 ko
Manifeste des 343
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 8


Evit mont e darempred ganeomp

SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 St Brieuc Tél. 02 96 61 88 24 Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu.e.s du SNUipp-FSU 22 sont les délégué.e.s de tous les personnels enseignants du 1er degré, de tou.te.s les PE du 2nd degré et de tou.te.s les accompagnant.e.s dans le public. Elles et ils conseillent et accompagnent les collègues, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, organisent les mobilisations puis rendent compte de leurs activités.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du 1er syndicat.