Retour accueil

Vous êtes actuellement : Coronavirus 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Fermeture des écoles : une mesure nécessaire (?) et une communication trompeuse

Coronavirus : l’école bousculée

vendredi 13 mars 2020

Pour le SNUipp-FSU 22, les annonces de la rue de Grenelle sur la continuité pédagogique, voire même scolaire, se heurtent à plusieurs obstacles malgré la bonne volonté des enseignant.es. Des enseignant.es qui comme leurs élèves et les familles doivent bénéficier de mesures adéquates pour assurer leur protection

L’analyse du SNUipp-FSU 22

Fermeture des écoles : une mesure nécessaire (?) et une communication trompeuse

Prévenir une crise sanitaire majeure conduit à prendre des mesures fortes, dont la fermeture d’écoles, auparavant limitée à certaines zones géographiques et à deux départements, puis généralisée à tous les départements. Cela suscite des questions pour les élèves, les familles et les personnels.

Quelle réalité recouvre la vaste opération de communication ministérielle sur la «  continuité pédagogique  » pour rassurer l’opinion publique ? Les activités par niveau proposées par le CNED avec « Ma classe à la maison », tout comme les classes virtuelles, se heurtent à plusieurs obstacles et posent la question des inégalités scolaires. De nombreuses familles ne possèdent pas en effet l’équipement requis : ordinateur, imprimante (les livrets comptant jusqu’à 200 pages) voire webcam et micro... sans compter le nécessaire espace de travail au calme dans le logement pour chaque enfant. À cela s’ajoute la nécessité pour les familles de maîtriser les codes de l’école afin d’aider leurs enfants à s’y retrouver.

Tout ceci rend illusoire le recours immédiat, sans préparation ni formation, à un outil complexe comme la classe virtuelle proposée par le ministère... d’autant que l’existence d’espaces numériques de travail pour la relation école-familles reste marginale dans le 1er degré.
Et la seule transmission par l’école de documents en lien avec le travail scolaire est elle-même difficile lorsqu’on ne dispose pas des adresses électroniques de toutes les familles ou que celles-ci ne disposent pas de l’équipement nécessaire.

Pour autant, les enseignant.es se préoccupent de maintenir une relation pédagogique avec leurs élèves et les familles. C’est d’ailleurs ce qui se fait en fonction des réalités et des possibilités locales.

C’est pourquoi, pour le SNUipp-FSU, entretenir une « activité scolaire » chez les élèves, malgré la fermeture de l’école pour cause d’épidémie, apparaît comme le seul objectif envisageable... au maximum*.
Tout le monde sait qu’aborder des notions nouvelles sans l’aide d’un pédagogue n’est pas envisageable à distance.
À l’école maternelle, c’est encore plus compliqué. Quand les programmes mettent en avant la nécessité d’apprendre par les jeux pédagogiques, la manipulation de matériel et les activités motrices, proposer des fiches d’exercices n’est pas une solution adaptée.

L’autre grande question qui se pose est celle de la protection des personnels et des usagers de l’école. Concernant les enseignant.es, difficile de s’y retrouver tant les principes de précaution du ministère peuvent être changeants et relever de l’incohérence.

La santé des citoyens et la prévention de la crise sanitaire majeure qui s’annonce doivent prévaloir sur toute autre considération, notamment d’ordre économique. C’est pourquoi le SNUipp-FSU demande des consignes claires et que toutes les mesures soient prises pour protéger les personnels des écoles comme les élèves et prévenir ainsi la propagation de l’épidémie. Aucune raison, ne doit y faire obstacle.

Cette crise rappelle par ailleurs que les Services publics sont un bien commun essentiel. Ils permettent à tout le monde et en particulier aux moins favorisés d’accéder aux soins, à l’éducation, etc.
Il faut les renforcer plutôt que les détruire, comme le fait ce gouvernement.

*Comme tout travail scolaire réalisé à la maison, même une continuité scolaire a minima pourrait augmenter les écarts basés sur les inégalités économiques, éducatives et culturelles des familles. Le choix de faire s’exercer les élèves à des notions déjà étudiées, n’empêchera pas les obstacles pour certaines familles et pour certain.es élèves.

Si votre hiérarchie directe prétendait vous obliger à transmettre votre @dresse mail professionnelle aux familles, vous n’y seriez pas obligé.es.

Extrait de la charte régissant l’usage du système d’information de l’académie de Rennes par les personnels :

«  L’adresse électronique nominative est attribuée à un utilisateur qui la gère sous sa responsabilité.  »

Quelques rappels de base

  • Le salaire est maintenu, ainsi que les indemnités.
  • Suis-je obligé·e d’appeler les parents ?
    Non
  • Suis-je obligé·e d’informer les familles des modalités de la mise en place de la continuité pédagogique ?
    Oui, mais il ne faut pas se précipiter, pas avant lundi et pas forcément par mail ou par téléphone.
  • Suis-je obligé·e d’ouvrir un espace « ma classe virtuelle » sur le site du CNED ?
    Non
  • Suis-je obligé·e de me déplacer sur mon école pour y apposer une affiche avant lundi matin ?
    Non
  • Suis-je obligé·e de constituer des listes (mails, téléphones de parents…) en dehors de tout cadre réglementaire et de la réglementation en vigueur en matière de respect des données à caractère personnel (RGPD,…) ?
    Non
  • Suis-je obligé·e d’assurer une forme de continuité pédagogique ?
    Le BO du 5 mars tente de préciser les choses, mais cela reste en termes de « peuvent », « pourront » :
    https://www.education.gouv.fr/bo/20/Hebdo10/MENE2006547C.htm
  • Suis-je obligé·e de répondre à toute heure du jour et de la nuit à mon IEN ?
    Non...

Aller plus loin
Coronavirus : dispositions fixées par le recteur et le directeur académique à adopter pour le fonctionnement des écoles

Sans syndiqué.es, pas de syndicat pour défendre notre profession et notre métier, pas de représentant.es des personnels pour vous renseigner sur le terrain, au téléphone, par mail ou sur les réseaux sociaux ! Les élu.es du SNUipp-FSU - 1er syndicat du 1er degré public dans le département et en France - sont les représentant.es de tous les personnels enseignants et accompagnants. Elles et ils interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, rendent compte de leur activité et participent à l’organisation des mobilisations.

N’hésitez surtout pas à nous contacter et aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du SNUipp-FSU.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 12


Evit mont e darempred ganeomp

SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 St Brieuc Tél. 02 96 61 88 24 Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu.e.s du SNUipp-FSU 22 sont les délégué.e.s de tous les personnels enseignants du 1er degré, de tou.te.s les PE du 2nd degré et de tou.te.s les accompagnant.e.s dans le public. Elles et ils conseillent et accompagnent les collègues, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, organisent les mobilisations puis rendent compte de leurs activités.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du 1er syndicat.