Retour accueil

Vous êtes actuellement : Action - Actualité  / Actualité 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Coronavirus : premières réponses

samedi 29 février 2020

Le SNUipp-FSU a été reçu vendredi 28 février par le ministre et son cabinet avec l’ensemble des organisations syndicales à propos de l’épidémie de Coronavirus. Des premières réponses aux questions posées dans le courrier du SNUipp-FSU, envoyé la veille, ont pu être apportées.

Koronavirus : ar respontoù kentañ

La responsabilité de l’Éducation nationale dans le cadre de la gestion d’une crise épidémique avec l’accueil collectif de 12 millions d’élèves et plus d’un million de personnels est forcément particulière. Aussi le ministère a-t-il actionné une cellule de « crise » permettant un suivi quotidien du nombre de cas d’infection parmi les élèves et les personnels comme des cas de confinement. A ce jour, seul un cas d’élève et un de professeur, décédé depuis, ont été recensés. Il reste bien entendu de la responsabilité du ministère de la Santé en lien avec les services du Premier ministre de prendre toutes les décisions globales sur les mesures à tenir pour contenir la propagation du virus, notamment l’établissement des « zones à risque ».

Placement en « quatorzaine » : c’est terminé ou presque

Dimanche en fin d’après-midi les autorités sanitaires ont décidé la fin de la mise en quatorzaine de prévention pour les personnes revenant de la plus grande partie des zones à risque. En effet, une note pointe le fait que « le virus circulant déjà sur notre territoire, il n’y a plus de raison de confiner des personnes revenant de zones exposées à une circulation active du virus. Ces contraintes destinées à éviter l’entrée du virus en France n’ont plus lieu d’être et en particulier, les élèves et les personnels en retour de Lombardie et de Vénétie vont pouvoir retourner à l’école ». Deux situations justifient encore des mesures restrictives : d’une part les zones figurant en rouge sur le site du ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE). A ce stade seule la province du Hubei en Chine est désormais concernée ; d’autre part les « clusters », soit les communes de Creil, de Crépy-en-Valois, de Vaumoise, de Lamorlaye de Lagny-le-Sec dans l’Oise, Lacroix Saint Ouen et la commune de La Balme-de-Sillingy en Haute-Savoie.
Ces listes sont actualisées sur le site gouvernemental.
Depuis, il a été indiqué à la radio le lundi 2 mars que des établissement scolaires du Morbihan dans le secteur d’Auray et de Carnac seraient fermés en début de semaine.

Par ailleurs, une affiche devra être apposée sur les portes des écoles dès lundi matin et donne les principales mesures de précaution et d’usage pour prévenir et lutter contre l’épidémie. Cette affiche a été mise à jour dans la nuit de dimanche à lundi et ne parle d’éviction que pour celles et ceux ayant fréquenté une "zone de circulation de virus" et non plus une "zone à risque" comme l’indiquait l’affiche précédente.

Et pour les personnels ?

Si elle devait avoir lieue, mais ce n’est a priori plus le cas, la « quatorzaine » n’aurait entraîné aucune incidence salariale, ni jour de carence, quel que soit le statut, fonctionnaire ou contractuel a répondu le ministère aux organisations syndicales. Il aurait suffit d’avertir à distance la hiérarchie et de fournir quelques éléments justifiant les déplacements ou un certificat médical pour un enfant de moins de 16 ans qui serait concerné, par exemple de retour d’un voyage scolaire. La position administrative serait une autorisation exceptionnelle d’absence et non un congé maladie. Le justificatif de quarantaine notifié individuellement arrivant a posteriori. Le ministère envisageait également de privilégier des solutions de télétravail lorsque c’est possible. Ce qui pour les enseignants de primaire semble, pour le moins, très irréaliste, et sans doute tout autant dans le secondaire…

Suivi pédagogique des élèves

Le CNED a mis en place une solution d’école numérique à la maison, une plateforme qui contient actuellement quatre semaines de cours et de révision de la grande section de maternelle à la terminale. Dans le secondaire, le support est interactif à la suite d’une petite évaluation diagnostique de début de séance et comprend trois à quatre heures d’activité par jour, cinq jours par semaine. Dans le primaire, le support se limite à un fascicule, plutôt de lecture, d’une durée d’une heure quotidienne… Le ministère entend les remarques formulées notamment par le SNUipp-FSU, sur les difficultés matérielles que pourraient rencontrer les élèves et leurs familles. Par ailleurs, le ministère met en avant un dispositif de classe virtuelle pilotée par l’enseignant qui peut envoyer un lien vers cette classe à ses élèves, discuter avec eux via un chat, mettre en place une discussion via une visio-conférence, interagir via une sorte de tableau numérique… Cette dernière mesure laissera sûrement rêveurs bon nombre de personnels des écoles…

Qu’en est-il des voyages scolaires ?

Le ministère recommande de reporter tout voyage scolaire en Chine, de reporter tout voyage scolaire vers l’Italie du Nord compte tenu des restrictions mises en place localement (Lombardie et Vénétie) et de reconsidérer la pertinence de tous les voyages scolaires vers les zones d’exposition.

Moyens matériels dans les écoles

Au-delà des affichettes à destination des familles, le ministère a dit, lors de cette réunion, travailler avec les collectivités locales pour la mise à disposition de savon (le gel hydro alcoolique serait moins performant) et de serviettes en papier. Les masques seront destinés uniquement aux personnels de santé ou pour les personnes atteintes par le virus.

Enfin, le ministère diffusera une foire aux questions, accessible sur son site, ainsi que deux circulaires, une sur la continuité pédagogique et une autre, à venir, sur les mesures à prendre en cas de passage à un autre stade de propagation du virus.

Sans syndiqué.es, pas de syndicat pour défendre notre profession et notre métier, pas de représentant.es des personnels pour vous renseigner sur le terrain, au téléphone, par mail ou sur les réseaux sociaux ! Les élu.es du SNUipp-FSU - 1er syndicat du 1er degré public dans le département et en France - sont les représentant.es de tous les personnels enseignants et accompagnants. Elles et ils interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, rendent compte de leur activité et participent à l’organisation des mobilisations.

N’hésitez surtout pas à nous contacter et aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du SNUipp-FSU.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 6


Evit mont e darempred ganeomp

SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 St Brieuc Tél. 02 96 61 88 24 Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu.e.s du SNUipp-FSU 22 sont les délégué.e.s de tous les personnels enseignants du 1er degré, de tou.te.s les PE du 2nd degré et de tou.te.s les accompagnant.e.s dans le public. Elles et ils conseillent et accompagnent les collègues, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, organisent les mobilisations puis rendent compte de leurs activités.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du 1er syndicat.