Retour accueil

Vous êtes actuellement : Le métier 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

30 minutes d’EPS par jour : nouveau coup de communication du ministère !

dimanche 16 février 2020

La perspective des JO de Paris 2024 n’en finira pas de faire fleurir des propositions. Dès ce début d’année, le ministère proposait aux écoles de se mobiliser. Les enseignant.es volontaires du primaire « pourront instaurer 30 mn d’activité physique quotidienne dans leur classe » les jours où il n’y a pas d’enseignement d’EPS programmé... C’est à nouveau un coup de communication du ministère exprimé par voie de presse et qui illustre sa méconnaissance du métier d’enseignant (comme en témoigne sur Eduscol l’exemple d’emploi du temps d’une classe de CP qui indique 2H d’EPS au lieu des 3H règlementaires !)

30 minutes d’EPS par jour : le nouveau coup de communication du ministère

La perspective des JO de Paris 2024 n’en finira pas de faire fleurir des propositions pour la promotion du sport. Dès ce début d’année, le ministère proposait aux écoles de se mobiliser pour les JO et de porter les valeurs de l’olympisme à l’école, avec une journée phare le 23 juin 2020. Après plus de 2000 Écoles labellisées « Génération 2024 », les projets pour 250 classes de cycle 3 avec « cours le matin et sport l’après-midi », l’aisance aquatique pour les maternelles, c’est maintenant 30 minutes d’activités physiques quotidiennes qui sont proposées. Le but de Jean-Michel Blanquer et de Roxana Maracineanu est « de mettre les jeunes en mouvement », « de faire comme dans les pays nordiques où on peut apprendre en bougeant ».

C’est à l’occasion du lancement de la semaine olympique et paralympique le 4 février, que les deux ministres ont communiqué sur cette nouvelle possibilité : les enseignant.es volontaires du primaire « pourront instaurer 30 mn d’activité physique quotidienne dans leur classe » les jours où il n’y a pas d’enseignement d’EPS programmé. Ces 30 minutes « pourront être fractionnées, intégrées au temps de classe sous forme de pauses actives, ou proposées pendant les temps de la vie scolaire. ». Cet « appel à manifestation d’intérêt » sera lancé au printemps, en vue d’un déploiement à la rentrée 2020. Toutes ces propositions confirment à nouveau que ceux qui les font sont éloignés de la vie des écoles :

  • Faire de la récréation un temps propice à la pratique physique, par la mise en place de jeux d’antan, de jeux collectifs ou d’activités physiques ludiques.
  • Développer l’expérimentation « cours le matin, EPS et sport l’après-midi », avec des expérimentations déjà en cours cette année (toujours dans le cadre des futurs JO). S’appuyer sur les clubs sportifs et mobiliser les savoir-faire et les moyens de l’USEP.
  • S’appuyer sur les expériences d’autres pays européens.
  • Mettre en place des pauses actives, sous forme d’exercices, proposées entre 2 leçons de classe.

C’est à nouveau un coup de communication de la part du ministère qui s’est exprimé par voie de presse sur le sujet et qui illustre sa méconnaissance du métier d’enseignant comme en témoigne sur Eduscol l’exemple d’emploi du temps d’une classe de CP qui indique 2H d’EPS au lieu des 3H règlementaires.

Comment cumuler les 3 heures hebdomadaires avec les 30 mn quotidiennes puisque celles-ci ne peuvent se dérouler sur les mêmes journées ? Comment se partager au sein d’une même école la cour ou les infrastructures ? Comment organiser en 30 mn une séance quand on doit préparer le matériel, rejoindre l’infrastructure ? Où prendre les 30 mn ?

Il ne suffit pas d’utiliser un évènement pour promouvoir l’EPS et le sport. L’école accueille tous les enfants et la responsabilité de celle-ci ne peut reposer sur des effets d’annonces. Il faut au contraire afficher une réelle volonté, de l’ambition en donnant les moyens aux écoles, d’abord du côté de l’institution entre autre par de la formation et de l’autre, du côté des collectivités territoriales en termes de locaux et de matériel adapté.

Le Secteur Éducatif du SNUipp-FSU

Sans syndiqué.es, pas de syndicat pour défendre notre profession et notre métier, pas de représentant.es des personnels pour vous renseigner sur le terrain, au téléphone, par mail ou sur les réseaux sociaux ! Les élu.es du SNUipp-FSU - 1er syndicat du 1er degré public dans le département et en France - sont les représentant.es de tous les personnels enseignants et accompagnants. Elles et ils interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, rendent compte de leur activité et participent à l’organisation des mobilisations.

N’hésitez surtout pas à nous contacter et aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du SNUipp-FSU.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 34


Evit mont e darempred ganeomp

SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 St Brieuc Tél. 02 96 61 88 24 Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu.e.s du SNUipp-FSU 22 sont les délégué.e.s de tous les personnels enseignants du 1er degré, de tou.te.s les PE du 2nd degré et de tou.te.s les accompagnant.e.s dans le public. Elles et ils conseillent et accompagnent les collègues, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, organisent les mobilisations puis rendent compte de leurs activités.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du 1er syndicat.