Retour accueil

Vous êtes actuellement : SNUipp-FSU 22 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Le SNUipp-FSU 22 a été reçu par l’IEN Adjointe le 15 octobre 2019 : compte rendu du questionnement syndical et des réponses de la direction académique

jeudi 17 octobre 2019

La direction académique des Côtes-d’Armor a décidé en 2019-2020 de recevoir chaque organisation syndicale représentative en réunion bilatérale pour enregistrer nos demandes et interpellations : compte rendu de la rencontre du 15 octobre 2019

Une seule heure de rencontre (entre deux représentants du SNUipp-FSU 22 au maximum et deux représentantes de la direction académique) nous a été dévolue, ce qui a nous empêché de poser toutes les questions préparées

Degemeret eo bet ar SNUipp22 en enselldi d’ar 15 a viz Here

Présentes au titre de la DSDEN 22
Mme L’IEN Adjointe
Mme la cheffe de service de la division du 1er degré

Présents au titre du SNUipp-FSU 22
Stéphane Chiarelli
Philippe Le Drezen

Date de la prochaine (et dernière) CAPD avancement

Elle se tiendra le 12 janvier.

Direction et formation pour tou.te.s

Aux demandes de précisions du SNUipp-FSU 22 concernant la formation des directeurs/trices sur la RGPD et les questions juridiques, l’IENA a indiqué que la DSDEN 22 les organisait sur un cycle triennal afin de toucher tou.te.s les collègues.
Dans le contexte de mal-être enseignant concernant particulièrement les directrices/teurs, le syndicat a demandé une formation portant sur les risques psycho-sociaux et visant l’ensemble de la profession : utilisation des outils du CHSCT, fiches SST, signalements, gestion des conflits...
Le syndicat ne s’est pas privé de reprendre l’article du Canard enchaîné du 9 octobre rapportant les propos de l’ancien inspecteur général de l’Éducation natrionale, Georges Fotinos, qui dans son rapport de novembre 2018 mettait en avant le fait que 40% des directrices/teurs étaient en "épuisement professionnel" et que pire, pour un quart d’entre eux, il y avait suspicion de gravité cliniquement significative".
La DSDEN répond qu’une formation de ce type est prévue pour les seul.e.s directrices et directeurs à partir de 2020-2021, sur un plan triennal encore une fois.
Le SNUipp rappelle les intéressants constats et pistes du groupe de travail du CHSCT départemental du 22 qui avait abordé l’an dernier le thème de l’exercice de la direction.
Nous indiquons qu’au final, aucune mesure concrète d’allègement n’a été décidée au niveau départemental.
C’est pourtant ce que la profession attend urgemment, non pas de la commisération plus que des baromètres ou enquêtes supplémentaires émanant du ministère.

Réponse de la DSDEN : il sera demandé aux circonscriptions de ne plus doubler des envois déjà effectués par un autre biais, pour ne pas multiplier les voies d’informations identiques et le temps de consultation ou de recherche...
À la suite de notre interpellation à propos des réunions de directeurs/trices, l’IEN Adjointe répond qu’il avait été indiqué dès l’an passé aux inspections qu’elles pouvaient sursoir jusqu’aux vacances de la Toussaint pour la tenue de ces réunions, mais pas après...

Remplacements

Nous rapportons notre dépit de constater l’état du remplacement déjà "dans le rouge", si tôt dans l’année.
Réponse de la DSDEN : il a été décidé par la direction académique de procéder à deux ineats supplémentaires en octobre/novembre pour augmenter l’effectif des remplaçant.e.s..
En s’en félicitant, le SNUipp-FSU 22 constate qu’il est donc finalement possible pour la hiérarchie de procéder à une décision présentée comme impossible juste après la rentrée scolaire !
Indiquant que des médecins scolaires se disaient indisponibles pour participer à des équipes éducatives ou de suivi de scolarité hors temps scolaire (ce qui se comprend aisément), nous dénonçons l’impossibilité, annoncée en début d’année, de remplacement de collègues en ESS ou EE par des brigades de circonscription sur le temps de classe.
Réponse : la position de la DSDEN 22 a évolué. Si des remplaçant.e.s sont disponibles, il est à nouveau possible remplacer des collègues sur le temps de classe pour ces raisons.... mais en fonction de priorités établies. La possibilité du remplacement en lien avec "l’autorisation d’absence" concerne les arrêts de travail, congés (maternité, paternité, parental, congé de formation). S’exercent alors des priorités : petites écoles, écoles plus grande, et après le remplacement de collègues en arrêt, congé ou formation, l’éventuel remplacement de collègues en ESS ou équipe éducative et d’élu.es du personnel convoqué.e.s à des instances.
Un guide du remplacement va être conçu prochainement à destination des personnels.
En revanche, cela change la donne pour nos collègues remplaçant.e.s dans des situations particulières (ce que le SNUipp-FSU 22 conteste).
En cas de mission de remplacement dans une autre situation qu’un arrêt de travail ou congé permettant une absence, par exemple un collègue en ESS à remplacer, nos collègues remplaçant.e.s ne percevront pas les indemnités kilométriques de l’ISSR*, mais seulement des frais de déplacement (sur la base de tarif SNCF seconde classe), à la seule condition d’absence de transports en commun (donc pas dans le briochin).
Selon la DSDEN, c’est conforme aux textes existants, après vérification auprès du service juridique...
Des ordres de mission permanents leur sont attribués, leur permettant de saisir leur demande sur le logiciel Chorus-DT dans pareils cas.
Le SNUipp rappelle que ce logiciel est loin d’être facile d’utilisation, que les validations sont lentes, et que nombre de collègues renoncent à l’utiliser.
La DSDEN répond qu’il ne faudra pas alors hésiter à contacter le service des frais de déplacement pour une aide directe (car les pas à pas ne sont pas forcément explicites !).

*ISSR : indemnité de sujétion spéciale de remplacement

Prévisonnage des films École et cinéma

Le SNUipp-FSU 22 rappelle que sans envoi de convocation avec ordre de mission, le visionnage ne peut être présenté comme obligatoire ou plus que fortement suggéré par les inspections (surtout dans le contexte de surcharge générale de travail invisible).
Réponse de l’IENA, celui-ci ne l’est pas !
Des tableaux sont envoyés aux écoles à la seule fin d’organiser les séances de prévisionnage et d’anticiper sur l’effectif des collègues intéressé.e.s.
Nous émettons le constat que cela engendre un travail supplémentaire pour les directeurs/trices.

Préparation aux rendez-vous de carrière public/privé

Le SNUipp-FSU 22 demande (pour la seconde fois) que soient organisées par les inspections des réunions séparées pour des raisons de principes (laïques...).
La DSDEN prend note et répond que des consignes seront données aux inspections.

PIAL et coordonnateurs/trices

À la question de la date d’envoi d’une lettre de mission des coordonnateurs/trices et de la communication de la liste des collègues concerné.e.s par la mission, il est répondu que c’est en cours de finalisation.

AESH

Le SNUipp-FSU 22 demande à nouveau l’envoi d’une circulaire académique de cadrage AESH pour préciser les modalités de la fonction et les porter à la connaissance de toutes les parties (accompagant.e.s, IEN, chefs d’établissement du public et du privé, collègues)... afin de ne pas demander aux AESH d’effecteur des tâches qui ne relèvent pas de leur fonction. Il existe encore beaucoup trop de flou.
Il nous est répondu qu’elle se finalise.
Nous demandons également que les AESH soient informé.e.s de leur droit, des circulaires et textes de la même manière que les personnels enseignants.
Nous demandons des précisions sur le nombre de 76 élèves avec préconisation MDPH non accompagnés à la date de l’audience AESH FSU du 8 octobre.
La question fondamentale étant, reste-t-il un budget pour le recrutement d’AESH afin que ce nombre d’élèves non accompagnés n’augmente pas dès la seconde période scolaire, donc très tôt ?

Réponse de la DSDEN : le budget est quasiment épuisé ! Un redéploiement des moyens budgétaires AESH a été effectué vers le 35 et le 29, considérant que notre département a moins d’élèves chaque année !
Cependant, le nombre de préconisations MDPH augmente.
Selon la DSDEN 22, il existe de plus en plus de préconisations "par compensation", faute de possibilité d’orientation en IME, ITEP ou de possibilité de suivi par un SESSAD...
Le SNUipp-FSU 22 développe alors à nouveau le même constat. La politique du tout inclusif, non assortie des moyens réels et suffisants pour les écoles, les établissements spécialisés, l’enseignement adapté, l’accompagnement du handicap par des accompagnant.e.s sous statut et réellement formé.e.s, conduit à produire dans le vide des notifications virtuelles... au détriment de la scolarité et des apprentissages d’élèves non accompagnés en souffrance, de leur famille et de nos collègues démuni.e.s.
Ce n’est pas le développement des PIAL, instaurés sans analyse des premières expérimentations, qui palliera la carence des moyens.

Psychologues de l’Éducation nationale

À l’issue du mouvement intra-académique des PsyEN, 5 postes restaient vacants dans notre département.
Le syndicat avait alors interrogé la hiérarchie qui répondait mettre en œuvre un recrutement de psychologues contractuel.le.s.

Au 15 octobre 2019, l’IENA répond que tous les postes du 22 sont désormais pourvus.

Besoin pour les élèves allophones ou primo-arrivants


Le SNUipp-FSU 22 relève des besoins importants, par exemple sur le secteur de Dinan Nord ou du Mené Est, avec des flux et des regroupements de population. Dans certains cas, 8 élèves primo-arrivants dans la même classe ! Pour une intervention épisodique et une aide à distance qui ne peut en aucun cas se subsituer à une véritable intervention humaine.
Nous demandons donc des moyens supplémentaires pour que chaque élève puisse avancer dans ses apprentissages et pour que chaque enseignant.e puisse correctement faire son travail.

La DSEN répond que des moyens existent sous la forme de postes itinérants et de documents d’aide...
Le SNUipp rétorque que les classes sous la configuration des anciennes CLIN - il en reste une dans le département qui montre toute son efficacité - permettaient en situation de regroupements géographiques importants d’élèves allophones de permettre d’apprendre la langue en quelques semaines, mois, pour les voir finalement intégrer définitivement une classe avec un niveau de langue suffisant, voire très correct.
La DSDEN répond que la création de classe de type CLIN n’est en aucun cas l’objectif de l’administration départementale, dans le cadre définissant les nouvelles UPE2A.
Le syndicat dénonce ce saupoudrage inefficace de moyens insuffisants.


Les représentant.e.s et militant.e.s du SNUipp-FSU répondent à toutes et tous, syndiqué.e.s ou pas, mais vous invitent cependant à adhérer pour soutenir leur action et celle du 1er syndicat du 1er degré public.

Sans syndiqué.e.s, pas de syndicat pour défendre notre profession et notre métier, pas de représentant.e.s des personnels pour vous renseigner sur le terrain, au téléphone, par mail ou sur les réseaux sociaux ! Les élu.e.s du SNUipp-FSU - 1er syndicat du 1er degré public dans le département et en France - sont les représentant.e.s de tous les personnels enseignants et accompagnants. Elles et ils interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, rendent compte de leur activité et organisent les mobilisations.

N’hésitez surtout pas à nous contacter et aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du SNUipp-FSU.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 142


Evit mont e darempred ganeomp

SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 St Brieuc Tél. 02 96 61 88 24 Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu.e.s du SNUipp-FSU 22 sont les délégué.e.s de tous les personnels enseignants du 1er degré, de tou.te.s les PE du 2nd degré et de tou.te.s les accompagnant.e.s dans le public. Elles et ils conseillent et accompagnent les collègues, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, organisent les mobilisations puis rendent compte de leurs activités.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du 1er syndicat.