Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Groupe de travail PPCR : bilan 2017-2018 du 19 octobre 2018

mardi 30 octobre 2018

Selon les dires de la direction académique, la tenue de ce groupe de travail a pour objectif de nourrir la réflexion au niveau départemental, puis académique et enfin national... Les élu.e.s du personnel du SNUipp-FSU 22 rendent compte du déroulé et de la teneur des propos de la direction académique lors de la réunion, ainsi que de leurs interventions

Présent.e.s :
L’IEN Adjointe**
Un inspecteur de circonscrition
Le Secrétaire général
La cheffe de service de la division du 1er degré*

Élu.e.s du personnel
Stéphane Chiarelli et Alexandra Jeammet au titre SNUipp-FSU 22
Quatre délégués des personnels d’autres organisations syndicales.

L’administration présente un « bilan subjectif » basé sur ses propres ressentis lors des échanges qu’ils ont pu avoir.
Le relevé de conclusion rédigé à la suite des groupes de travail des 4 départements de l’académie doit être transmis à la direction des ressources humaines pour que les points abordés soient retravaillés au niveau académique.

Campagne 2017-2018

Le cycle n’est pas terminé car au moment du groupe de travail la période des recours gracieux n’est pas achevée.
L’administration indique qu’une réponse sera systématiquement envoyée (rejet ou non) aux personnels ayant effectué un recours gracieux.
Chaque demande sera étudiée et transmise à la *DIV1D avec copie à l’IEN.

Remarque : pour la dernière campagne 2018 d’accès à la hors classe en période transitoire de mise en œuvre du PPCR (pas de rendez-vous de carrière pour cette campagne 2018), il n’y a pas de possibilité de recours sur les appréciations.
Le SNUipp-FSU le conteste.

Rappel du calendrier de la fin de campagne 2017-2018

Comme à chaque élection professionnelle, la période électorale suspend tout dialogue social (en effet les CAPD ne se tiennent pas pendant cette période).
La CAPD de révision n’aura donc lieu qu’en janvier 2019.

La direction académique indique que l’étude des dossiers de chacun.e, avant chaque avis, est personnalisée.

Pour les 10 absent.e.s lors des rendez-vous de carrière 2018, il n’y pas de session de rattrapage possible, selon de décret : l’avis apparaît en effet comme « non renseigné ».
Cependant, il est rappelé que les collègues en congés maternité ne doivent pas être lésées.
Leurs dossiers (ensemble de la carrière et une éventuelle visite conseil) seront retravaillés afin qu’un avis soit présenté lors de la prochaine CAPD avancement de janvier 2019.

Suite à un questionnement du SNUipp-FSU 22 sur de possibles refus de rendez-vous de carrière, l’administration départementale indique que des recherches juridiques sont en cours pour apporter une réponse à ces éventuels refus.
Le rectorat a déjà décidé que la position sera académique et vaudra pour les premier et second degrés, privé et public.
Se voudrait-elle cœrcitive, se demande le SNUipp-FSU 22 ?

**L’IENA et l’inspecteur présent en GT insistent sur le changement de nature du rendez-vous de carrière.
Ils l’envisagent comme un « échange », plus qu’une inspection, et affirment former les IEN en ce sens. Ils indiquent qu’une harmonisation des modalités des rendez-vous de carrières à partir des critères définis par la grille est en cours.

Les avis « excellent » et les avis « très satisfaisant » représentent une proportion supérieure à 30 % des avis des compte rendu de carrière.
D’où, selon l’inspection académique, des avis minorés par l’IA-DASEN pour atteindre un quota de 30 % d’appréciations finales en « excellent » et « très satisfaisant ».
Le SNUipp-FSU déplore cette pratique et s’y oppose lors du groupe de travail. Il demande que, si elle s’effectue, l’appréciation de la valeur professionnelle* ne soit pas soumise à une logique de quota et soit déterminée dans l’absolu.
*Rappelons que le SNUipp-FSU revendique depuis sa création que l’avancement (puis les changements de grade) soit déconnecté d’une appréciation - subjective - de la valeur professionnelle ou d’un supposé « mérite », tout autant subjectif.
Il demande tout simplement l’avancement au rythme le plus rapide pour tou.te.s, pour finir sa carrière à l’indice terminal.

Le secrétaire général académique a déclaré que les textes valaient pour cette année 2018.
L’administration nous dit avoir interpellé (à l’instar des du SNUipp et d’autres organisations syndicales...) les instances nationales pour travailler à une révision des textes.
Elle laisse entendre que son objectif est d’obtenir que les appréciations finales pour la hors classe soient révisables à la demande, et que l’ancienneté générale de service (AGS) soit prise en compte globalement en tant que discriminant en cas d’égalité de barème (non pas la seule ancienneté dans le corps des PE. Injuste dans le cas des anciens instits ou de collègues ayant exercé dans un autre secteur de la Fonction publique. Ils n’ont actuellement pas l’ensemble de leur durée de carrière prise en compte).

L’administration souligne qu’il ne pourra y avoir d’effet rétroactif, ce que dénonce le SNUipp-FSU 22.
Le SNUipp-FSU demande à ce que les corrections soient rétroactives, comme dans d’autres départements, car les textes le permettent.

La question de l’accompagnement possible des collègues ayant un avis « à consolider » (avant une possible révision d’avis pour la hors classe telle que le SNUipp la demande) est posée par le SNUipp-FSU 22.

Déroulement du rendez-vous de carrière (ou RDVC)

Selon la direction académique, la méthodologie pour les RDVC est harmonisée académiquement, puis départementalement.
L’entretien comporte 3 temps et porte sur 3 champs.
Il existe un guide avec une grille pour le déroulement.

Dans le champ « évolution dans la carrière », l’IENA et l’IEN insistent sur l’importance de reconnaître les compétences et l’implication dans la carrière.
Il ne s’agit pas selon leurs dires de valoriser les collègues qui déclarent vouloir passer une nouvelle certification ou enclencher un changement d’établissement.
Selon eux, la « valeur professionnelle » de celui ou celle qui veut rester sur son poste, tout en approfondissant ses pratiques est considérée comme égale à celle de d’un.e autre qui brigue un autre poste ou une « évolution ».
Ils indiquent réfléchir d’ailleurs à une reformulation dans la grille d’entretien.

Les réunions préparatoires aux RDVC pour les personnels éligibles sont encouragées afin de les informer au mieux.
Le SNUipp-FSU demande à ce que ce temps de réunion soit compris dans les 108h.
L’IENA maintient qu’il s’agit d’un temps en dehors des obligations de services.
Le SNUipp-FSU 22 affirme alors qu’il ne peut donc être tenu rigueur aux collègues qui ne s’y rendent pas (idem pour l’entretien et son résultat).
Le SNUipp-FSU demande aussi à ce que les personnels du public et du privé ne soient pas réunis en même temps lors de ces réunions préparatoires - pour des raisons de principe - ce qui a été le cas dans plusieurs circonscriptions.
L’IENA dit prendre bonne note.

Lors de la formation initiale à l’ESPE et lors de la formation des directeurs et directrices, le thème du RDVC sera abordé et la notion d’accompagnement sera retravaillée.

Le guide pour l’entretien est un support, mais n’est nullement obligatoire selon la direction académique. C’est un cadre pour l’entretien.
Ne pas le fournir ne dévalorise pas l’enseignant.e et ne joue en rien sur l’estimation, d’après les propos de l’IENA.

L’observation en classe et l’entretien peuvent se tenir sur deux jours distincts.
Légalement, il existe un délai d’un mois. Mais, la plupart du temps, les deux s’enchaînent.

Suite à un questionnement du SNUipp-FSU 22, la direction académique indique que pour les directeurs et directrices, la partie direction devrait être prise en compte lors du rendez-vous. L’IENA n’a pas donné de directive en ce sens, mais estime que cela est à revoir.
Selon elle, le nombre de classes dans l’école et le nombre d’années dans la fonction de direction jouent sur l’importance de la prise en compte de la partie direction dans l’entretien.

Le temps d’observation en classe est en moyenne d’1h/1h30
Le temps d’entretien est en moyenne d’1h.

Pour l’IEN présent, le RDVC se prépare.
Le mois de prévenance va en ce sens. Il répète que c’est un entretien professionnel et non une inspection.

Selon l’inspection, l’intéressé.e doit dire ce qu’il ou elle a retenu de son entretien, « oser dire les choses » et être partie prenante. Cette partie réflexive est considérée comme essentielle par l’IENA. Il ou elle ne peut donc être stigmatisé.e. La fin de l’entretien est un temps de partage…

Compte rendu du RDVC

Le SNUipp-FSU 22 s’inquiète du décalage entre le ressenti de collègues suite à l’entretien et le compte-rendu remis par la suite (ou les appréciations d’item).

Réponse de l’administration : les IEN admettent leurs difficultés à renseigner certains items qui sont évalués selon les déclarations des enseignants.
Selon l’IENA, les IEN recueillent de plus des indices de terrain (relations avec l’équipe, avec les familles...).
L’IENA travaille à l’harmonisation des pratiques des IEN.

Le SNUipp-FSU revient sur les différences, voire l’incohérence entre compte rendu du RDVC et appréciation finale telle rapportées par des collègues qui ont effectué des demandes de recours gracieux. Il demande que ces différences soient explicitées.
Des collègues demeurent dans l’incompréhension face à la minoration de leurs premiers avis et se sentent parfois même blessés pychologiquement. Le SNUipp-FSU renouvelle sa demande de décrocher l’appréciation de la valeur professionnelle et le déroulement de carrière.
Il existe indéniablement un impact psychologique sur l’enseignant.e et sur la vie des équipes qui a forcément un effet négatif sur la bonne continuité du Service public d’éducation.
« Dégoûter » les collègues pourrait-il être utile d’une quelconque manière à l’institution scolaire ? Certes pas, pour notre syndicat, bien au contraire quand on démotive des professionnels.

Nos constats et demandes semblent entendus sur le moment.
Nous restons actifs et vigilants pour en tirer les réels effets positifs attendus pour la profession (en agissant collectivement et massivement avec vous pour obtenir le meilleur impact).

Les comptes rendus de RDVC sont tous envoyés début juin, quelle que soit la date de l’entretien.

NB : les psychologues de l’EN et les enseignant.e.s en ULIS école seront visité.e.s par les IEN de circonscription.
L’IEN en charge de la maternelle prendra également certains RDVC.

L’IENA souligne qu’il n’y a pas de quota d’avis par IEN.

SI 76,9 % des collègues n’ont pas envoyé de commentaire sur le service SIAE après réception de leur compte rendu de carrière, 27 collègues (sur les 256 qui ont connu un RDVC) ont présenté un recours gracieux.
Parmi ces 27, 18 le font en 2018 pour le 3ème RDV (deuxième année du 9ème échelon).

L’administration se dit en phase avec le SNUipp et d’autres organisations syndicales sur le ressenti négatif et le problème de l’immuabilité des avis du 3ème RDVC.

Changement de pratique pour les IEN

Selon la direction académique, ils et elles inspectent moins et doivent plus s’inscrire dans l’accompagnement des équipes.
Ils et elles doivent travailler à plus « d’horizontalité, plus de régulation et plus d’accompagnement dans les classes ».
Le suivi réflexif devra s’envisager en partenariat avec l’ESPE.
L’IEN peut être sollicité.e à tout moment en dehors des RDVC obligatoires.
L’administration indique avoir conscience des heurts et des éléments à revoir dans ces temps de mise en œuvre progressive.

Accompagnement pédagogique des collègues T1 et T2

Ils et elles seront accompagné.e.s, mais il n’y aura pas de plan particulier, bien que l’attention qui leur sera portée sera plus importante.
3 rendez-vous conseil annuels sont envisagés, mais ce nombre peut évoluer selon les besoins.
Une journée de formation continue spécifique sera de plus organisée dans chaque circonscription du département.

Je signe la pétition hors classe pour une véritable reconnaissance professionnelle

Les élu.e.s du personnel du SNUipp-FSU 22 rendent compte des réunions et instances auxquelles ils et elles participent. C’est notre rôle de délégué.e.s que de rapporter les propos des représentant.e.s de notre employeur, comme de porter la parole des collègues selon les remontées et demandes qui partent du terrain.
Cependant, informer objectivement des propos de la hiérachie et de l’administration ne signifie certes pas les prendre pour argent comptant ou y adhérer...
Nous comptons sur vous, collègues, pour nous faire part de vos remarques afin d’argumenter et de revendiquer sur le fond, armés du plus grand nombre d’exemples.

Signez et faites signer l’appel à voter SNUipp-FSU 22 aux élections professionnelles

Élections professionnelles : quésaco ?

Comment créer son espace électeur ?

Le parcours de vote aux élections professionnelles 2018


Ce travail d’information, de réponse, d’accompagnement, de recherche... demande du temps et des moyens.
Ils proviennent de la syndicalisation des collègues... et bien sûr des votes aux élections professionnelles (dès le 29 novembre 2018). Si vous voulez être soutenu individuellement et collectivement, alors soutenez le syndicat SNUipp-FSU en nous rejoignant.

Se syndiquer en ligne

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 11


SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 Saint-Brieuc Tél. : 02 96 61 88 24 - Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu.e.s du SNUipp-FSU 22 sont les délégué.e.s de tous les personnels enseignants du 1er degré et de tou.te.s les PE du 2nd degré dans le public. Elles et ils conseillent et accompagnent les collègues, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes puis rendent compte de leur activité.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer et plus tard à voter SNUipp et FSU aux élections professionnelles pour soutenir leur action et celle du 1er syndicat.