Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Le 28 septembre, les retraité-es doivent se faire entendre !

mercredi 20 septembre 2017

• Hausse de la CSG de 1,7 % dès 1200 € de pension mensuelle • Gel de la revalorisation des pensions • Renchérissement de l’accès aux soins et aux structures spécialisées • APL réduite de 5 €

Côtes d’Armor : rassemblement à St-Brieuc à 11h, parvis des Droits de l’Homme (derrière la Mairie). Rassemblement à Lannion le 28 septembre à 10h30 devant l’ancien Tribunal.

Signe inquiétant

Les neuf organisations de retraité-es se sont, pour l’heure, heurtées à un refus de rencontre avec la présidence de la République. Elles sont renvoyées vers le ministère des Solidarités.
Devant le refus d’Emmanuel MACRON de recevoir les représentants des retraité-e-s de 9 organisations syndicales et associatives ; celles-ci ont pris l’initiative d’appeler les retraité-e-s à soutenir leur demande en signant une pétition en ligne.
Signer la pétition : Recevez et écoutez les retraités Monsieur le Président de la République !


Le gouvernement s’apprête à mettre sur les rails sa politique de libéralisation du marché du travail. Les ordonnances concernant la nouvelle loi travail font apparaître de plus en plus clairement l’étendue des reculs alors que tout montre qu’il n’y a aucune corrélation entre diminution des droits sociaux et baisse du chômage.

Augmentation de la CSG

L’augmentation de la CSG de 1,7 % en échange de mesures censées en réduire la portée (exonération de la taxe d’habitation différée) attaque directement le pouvoir d’achat des retraité-es dont la pension est supérieure à 1 200 euros. Aucune compensation n’est prévue pour eux, pas plus que pour l’ensemble des fonctionnaires actifs en attente de propositions qui tardent à venir. Notons que la suppression des cotisations maladie et chômage dans le privé, qui devait compenser la hausse de la CSG et redonner du pouvoir d’achat, vient de voir son application étalée sur l’année 2018... La hausse de la CSG pour les retraité.e.s est une mesure injuste qui, en les opposant aux jeunes et aux actifs, nie leurs droits et nuit au vivre-ensemble déjà durement mis à l’épreuve. Le système de solidarité fragilisé Le choix de poursuivre la logique d’exonération des cotisations sociales portera atteinte aux ressources de la Sécurité sociale et conduira au renchérissement pour tous du coût des mutuelles, à l’accroissement des reste à charge, à l’éloignement de l’accès aux soins d’un nombre croissant de personnes. Il dénature et fragilise plus encore le système de solidarité mis en place à la Libération.

Baisse de l’APL

Enfin, la duplicité du propos avancé pour justifier l’augmentation de la CSG pour les retraité-es gagnant plus de 1200 € — « une mesure qui renforcera en actes la solidarité intergénérationnelle car, grâce à vous, nous redonnerons du pouvoir d’achat à vos enfants et à vos petits-enfants » (lettre aux retraité.e.s du candidat E. Macron) — se trouve illustrée de belle façon par la décision de minorer de 5 € par mois l’allocation logement dont les jeunes et les ménages modestes sont les principales victimes, sans oublier que de très nombreux retraité.e.s seront également touchés !

Réduction de l’ISF

Et pendant ce temps, le gouvernement s’apprête à réduire l’ISF ! Quant aux dividendes versés aux actionnaires, ils battent des records en France qui se situe au premier rang des pays européens… La réforme fiscale visant la réduction des inégalités et favorisant l’investissement productif n’est toujours pas à l’ordre du jour.

Pensions, aucune revalorisation

Pour tenter de calmer la colère des retraités à quelques jours de mobilisations unitaires le gouvernement annonce un ajustement de + 0,8 % des pensions au premier octobre. Cette mesure ne concernerait que les retraites de base — les retraites complémentaires restent gelées — et ne compenserait que l’inflation INSEE des douze derniers mois. Pas dupes, les 60 % de retraité-es soumis à la hausse de la CSG constateront que le « gain » reste très inférieur à la perte annoncée.

Une atteinte durable au pouvoir d’achat

Les retraité-es ont toutes les raisons de rejeter des mesures qui porteraient durement et durablement atteinte à leur pouvoir d’achat, à la reconnaissance de leurs droits, de leur dignité et de leur place dans la société.
1,7% de hausse de la CSG représentent une perte mensuelle de :
• 20,40 € pour une pension de 1 200 € ;
• 25,50 € pour une pension de 1 500 € ;
• 34 € pour une pension de 2 000 € ;
• 41 € pour une pension de 2 400 €.

Ces ponctions s’ajouteraient aux pertes subies suite aux années de gel des pensions et accroîtraient les écarts avec l’évolution du salaire moyen entraînant l’appauvrissement des retraité-es, aujourd’hui près de 30 % de la population.

Le vote par le Parlement est prévu dans le trimestre qui vient ; notre mobilisation est essentielle !

PDF - 147.1 ko
Appel intersyndical lannionnais

P.-S.

Dernière minute (mercredi 20 septembre 2017) : Retour au gel des pensions ?

Les Echos puis différents organes de presse confirment la revalorisation (certains disent substantielle !) de 0,8 % au 1er octobre.

Dans le même mouvement l’annonce est faite d’un gel des pensions pour 2018. Une provocation supplémentaire. L’argument se veut technique - rapprocher les revalorisations des pensions et du minimum vieillesse... sous cette affirmation se cache une donnée plus prosaïque : ponctionner les retraité-es de 350 millions. Au total les différents reports (de janvier à avril, puis avril à octobre, puis octobre à janvier) auront permis d’économiser plus d’un milliard d’euros sur le dos des retraité-es.

Une provocation supplémentaire qui donne une raison supplémentaire à la mobilisation du 28 !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 2


SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 Saint-Brieuc Tél. : 02 96 61 88 24 - Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu-es du SNUipp-FSU 22 sont les délégué-es de TOUS les personnels du 1er degré public et de tou-tes les PE du 2nd degré. Ils et elles informent toute la profession, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, accompagnent les collègues, organisent les mobilisations et rendent compte de leur activité.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer et à voter SNUipp et FSU aux élections professionnelles pour soutenir leur action et celle du syndicat.

Se syndiquer en ligne