Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carte scolaire : CTA, CTSD ou CDEN 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Les mesures de carte scolaire 2017 retenues en CDEN le 9 février

mercredi 8 février 2017

Mise à jour du 10 février. Le SNUipp-FSU 22 publie les informations dont il dispose au sortir du CDEN pour la carte scolaire 2017. Déclaration de la FSU 22 préalable au CTSD : à lire ci-dessous.

Lors du CTSD du mercredi 8 février 2017, la directrice académique du 22 a présenté son projet de mesures de carte scolaire.
Le SNUipp-FSU 22 est intervenu pour défendre les demandes d’ouverture et de maintien de classe. Il a également accompagné les délégations d’écoles reçues en audience.
Ce projet (rectifié pour l’école maternelle Harel de la Noë à Plérin) a ensuite été présenté en CDEN jeudi 9 février à la préfecture. Le FSU a défendu à nouveau les demandes. La direction académique publiera ensuite un communiqué de presse.

Le SNUipp-FSU 22 communiquera alors ces mesures considérées comme définitives.

Lors du vote sur le projet de mesures de la direction académique à la fin du CTSD, les 4 délégué-es de la FSU et SNUipp-FSU 22 ont voté CONTRE.

Détail du vote des représentant-es des organisations syndicales en CTSD :

- FSU : 4 contre
- FO : 3 contre
- Se-Unsa : 2 contre
- Sgen-CFDT : 1 abstention

Propositions pour la carte scolaire de rentrée 2017
1er degré public

Mise à jour du 9 février 2017

LES OUVERTURES :

Écoles maternelles :

Plénée Jugon (+0,5)

Écoles élémentaires :

Saint-Brieuc Hoche (+1 poste Maître formateur)

Plédran Bourg (+1 poste fléché allemand)

Ploufragan Villes Moisan (+1 : consolidation du poste provisoire)

Écoles primaires :

Saint Jacut de la mer (+1) ; Hénanbihen (+1) ; Aucaleuc (+0,5) ; Plounérin (+0.5) ; Quessoy l’Hôpital (+1 : consolidation du poste provisoire) ; Lamballe Trégomar (+ 1) ; Plédran les coteaux (+1) ; Hillion St René (+ 1), Trégueux le Créac’h (+1).

RPI (Regroupements pédagogiques intercommunaux) :

Ruca/Saint-Pôtan (+1 à Ruca)

Classes bilingues :

Mûr-de-Bretagne (+1 : création d’une filière en maternelle) ; Quintin (+1 : création d’une filière)

Un autre filière devrait être créée à Saint-Brieuc, avec la création d’un autre poste (dans une école encore indéterminée).

Postes de remplaçants : + 7

Il s’agit de postes de brigade départementale.
L’un de ces postes de remplaçant départemental est fléché allemand.

Postes "Plus de maîtres que de classes" (PDMQDC) :

Merdrignac (+1)

Le Méné Pôle Ouest (+1 : Plessala ; transformation du poste RASED G vacant de Paimpol)

Le Méné Pôle Est (+1 : St Jacut du Méné ; transformation du poste RASED G vacant de Plélo)

Plémet (+1 : transformation du poste RASED G vacant d’Erquy)

Saint-Brieuc La Vallée (+0,5)

Saint-Brieuc La Brèche aux Cornes (+0,5)

Saint-Brieuc Cesson croix rouge (+0,5)

LES FERMETURES :

Écoles maternelles :

Bourbriac (-1) ; Saint-Brieuc Curie (- 1) ; Saint-Quay-Portrieux (- 0,5) ; Plérin Harel de la Noë (- 0,5 en monolingue, au lieu de - 1 comme présenté la veille en CTSD)

Écoles primaires :

Languenan (-1)
Pleslin Trigavou (-1)
Trévron (-1)
Broons (-1)
Pommerit-le-Vicomte (-1)
Bulat-Pestivien (-1)
Plouguernevel (-1)
Pléneuf-Val-André (-1)
Perros-Guirec Centre (-1)
Trégastel (-1 en monolingue)
Pleubian ( -1 à Pleubian l’Armor)
Tréguier (-1)
Plouha ( -1 en monolingue)
Saint-Donan (- 1)
Merdrignac (- 1 : transformation en PDMQDC)

RPI (regroupements Pédagogiques Intercommunaux) :

Loguivy-Plougras/Plougras (- 1 à Plougras)
Squiffiec/Trégonneau (- 1 à Squiffiec)
Paule/Plévin (- 1 à Plévin)
Plestan/Tramain (-1 à Plestan)
Quintenic/Hénansal (- 1 à Hénansal)
Pleumeur-Bodou Ile-Grande/Pleumeur-Bodou J. Le Morvan (- 1 à J. Le Morvan)
Coatreven/Kermaria-Sulard/Camlez (- 1 à Camlez)
Lanmodez/Pleumeur-Gautier (- 1 à Pleumeur-Gautier)

RASED (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) :

Poste RASED G de Paimpol fermé (transformé en PDMQDC)

Poste RASED G d’Erquy fermé (transformé en PDMQDC)

Poste RASED G de Plélo fermé (transformé en PDMQDC)

ÉVOLUTION DE POSTES ASH :

- Poste d’enseignant référent de Plœuc-sur-Lié transféré au collège Gustave Tery de Lamballe

- Ouverture d’une ULIS école à l’est du département (selon la DASEN, "autour de Dinan")

- Poste du CRRF Trestel transformé en ULIS TSLA (Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages) - Lieu à définir

Création d’un CPC ASH rattaché à l’IEN ASH

FLÉCHAGE DE POSTES LANGUE VIVANTE :
(Le SNUipp-FSU 22 s’est toujours opposé au fléchage des postes.)

Fléchage d’un poste anglais à Pleslin Trigavou G. Hervé

Fléchage d’un poste allemand à Dinan les Fontaines

Fléchage d’un poste allemand à Caulnes élémentaire

Fléchage d’un poste allemand à Quévert

Fléchage d’un poste allemand à Pommerit-Jaudy

Fléchage d’un poste allemand à Plédran Bourg élémentaire

Fléchage d’un poste allemand à Saint-Brieuc La Vallée

Fléchage d’un poste allemand à Plérin Port Horel

ÉVOLUTION DU POSTE COORDONNATEUR CASNAV (Centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés) :

Ce demi-poste de coordonnateur CASNAV qui était positionné au Rectorat à Rennes sera désormais implanté à la Direction académique de Saint-Brieuc.

Fusion d’écoles recherchées par la direction académique (sous réserves des délibérations des communes et avis des conseils d’écoles) :

- Plouër-sur-Rance

- Caulnes

- Plénée-Jugon

- Lannion Servel

- Ploumilliau

- Trélévern

- Mûr-de-Bretagne

- Quintin (déjà actée)

La fusion proposée à Saint-Quay-Portrieux a été refusée par la commune et les enseignant-es.

Écoles dont les situations seront étudiées par la direction académique :

- Cesson Croix rouge

- Lannion Woas Wen

Restructuration du réseau d’écoles :

- Une convention rurale signée entre Callac et Bulat Pestivien (avec dispartion d’une des deux directions sur le RPI "concentré").

- Un nouveau RPI crée entre Plouëc-du-Trieux et Pontrieux (On ignore à ce jour si les deux directions d’école sont maintenues ou pas).

(Ce à quoi s’ajoutent les 8 fusions indiquées plus haut.)

Balance des postes :

- Écoles maternelles : 2,5 postes en moins

- Écoles élémentaires : 1,5 poste en plus (dont un poste de maître formateur)

- Écoles primaires : 5,5 postes en moins

- Écoles de RPI : 7 postes en moins

- Enseignement bilingue : 2 postes en plus (avec peut-être un troisième) pour créer deux (voire trois) nouvelles filières

- Postes PDMQDC ("Plus de maîtres") : 5,5 postes en plus

- Postes de remplaçants (titulaires départementaux) : 7 postes en plus

- Postes RASED : 3 postes de RASED option G en moins 1 poste d’ULIS école de plus (implanté "autour de Dinan") 1 poste de CPC ASH/"enseignant référent" 1 poste ULIS collège est implanté "sur le bassin de St Brieuc"

Différentiel ouvertures/fermetures de classe :

17 ouvertures

26 fermetures


Déclaration préalable de la FSU 22 au CTSD du 8 février

Madame la directrice académique,
Mesdames et Messieurs les membres du CTSD,

Dans notre département, la mise en œuvre des priorités retenues pour la ventilation des 4 311 postes, c’est-à-dire pourvoir en « plus de maîtres » la totalité des réseaux d’Éducation prioritaire, renforcer les moyens pour le remplacement et la formation continue ne concrétise pas l’ambition affichée par le ministère.
Ainsi, la ministre a affirmé que « des postes en RASED seraient créés autant que de besoin ». Dans les Côtes-d’Armor, ce sont des postes classe et deux postes de RASED G que vous projetez de fermer pour créer les postes de titulaires départementaux supplémentaires et les postes « plus de maîtres que de classes » promis par le ministère. Notons que pour un REP rural de 24 classes comme celui du Méné pôles Est et Ouest de 24 classes, un seul et unique poste PDMQDC est proposé à la création. Pour le coup, l’expression de cette priorité est purement symbolique.
S’agissant du remplacement, pourquoi créer des postes de titulaires départementaux ? Dans le premier degré, c’est une gestion de proximité pour les remplacements courts au niveau de la circonscription qui doit être conservée. Elle est un plus pour les écoles. Elle permet à des enseignants, volontaires pour occuper ces postes, de prendre en main très rapidement la classe et de répondre aux besoins des élèves et des écoles.

Pour le SNUipp et la FSU, la réduction des inégalités, l’amélioration des conditions d’enseignement et d’apprentissage ne pourront se traduire concrètement qu’en abaissant les effectifs, en avançant partout sur la scolarisation des moins de trois ans et en renforçant les RASED qui ont été les grands oubliés de la refondation. La baisse démographique, qui devrait permettre partout d’améliorer l’accueil des élèves et un meilleur enseignement, aboutit à l’inverse à supprimer des postes.

A chaque carte scolaire, les bénéfices des spécificités du département en terme de réussite scolaire, c’est-à-dire le maillage en petites structures proches des familles et la scolarisation des moins de trois ans, sont niés.
Nous ne retiendrons de ce projet de carte scolaire que les retraits de 3 postes et demi en écoles maternelles, de 7 postes en écoles primaires et de 7 en RPI.
Cette politique à seule vision budgétaire ne s’appuie ni sur la recherche pédagogique, ni sur la réalité des écoles et des communes. Il y a urgence à renforcer l’École publique en préservant ses atouts : la scolarisation en maternelle et le maillage territorial.

En observant attentivement la pratique réelle des enseignants des écoles publiques, on constate qu’ils s’efforcent d’accueillir les moins de trois ans, y compris dans des écoles avec des classes à effectif chargé. Non pas, comme cela peut être dit, pour obtenir des ouvertures ou empêcher des fermetures, mais pour assurer la continuité du service d’Education à la demande des familles dans une école publique, L’expression d’une véritable ambition serait de permettre les conditions d’enseignement adaptées à une réelle prise en compte de tous les élèves.
L’école maternelle a fait ses preuves. Le concept de bienveillance à l’école n’incombe pas seulement aux professionnels de terrain, mais d’abord à l’institution qui les emploie.

Les conventions rurales recherchées par le ministère, pour lesquelles une réserve nationale de 100 équivalents temps plein a été constituée, s’élaborent partout de manière opaque. C’est le cas dans notre département. Comme vous le savez, la FSU n’est pas demandeuse de ces conventions qui fragilisent le réseau des écoles rurales. Pour autant, après la signature d’une convention cadre, force est de constater que les Côtes-d’Armor n’ont pas reçu de moyen supplémentaire, comme promis à ce titre par le ministère pour faire passer la « rationalisation » des moyens.
Après plusieurs signatures dans différentes académies, nul ne peut ignorer que cette rationalisation se décline concrètement par des fusions d’école ou des concentrations de RPI. Elle se traduit par la suppression des petites structures d’une à trois classes et par l’augmentation des fermetures de classes, notamment où des conventions ont été signées.
Par exemple, que signifie cette rationalisation pour le nouveau RPI à direction unique Plestan/Tramain où vous projetez de fermer une classe ? A quoi peut servir une fusion d’écoles quand une fermeture s’ensuit juste après comme à Pleumeur-Bodou ? Les conventions ne tiennent compte ni de l’intérêt des élèves, ni de celui des familles et des enseignants, ni du maillage territorial.
Nous ne pouvons accepter ce processus mené sans concertation avec les premiers concernés ou s’accompagnant d’un chantage aux postes.

Nous prenons acte de la transmission du projet de mesures de carte scolaire. Si des conventions ont été signées, nous demandons qu’elles figurent dans le document.

Nous sommes contre le fléchage des postes et nous contestons votre décision de flécher 8 postes en langue vivante, dont 7 en allemand. Nous demandons que tous les enseignants de CM2 concernés soient dès maintenant informés du report de l’évaluation A1 d’anglais en classe de 6ème.

La FSU vous remercie de votre attention.

Après communication définitive des mesures de carte scolaire , ce n’est pas fini. Des ajustements de carte scolaire auront lieu à la rentrée pour observer les situations et étudier les demandes. La mobilisation et les contacts peuvent se poursuivre... On gagne rarement à ne rien demander.


Les élu-es du SNUipp-FSU 22 sont les délégué-es de TOUS les personnels enseignants du 1er degré public. Ils interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes et rendent compte ensuite de leurs activités.

N’hésitez surtout pas à les contacter et aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du SNUipp-FSU.

Cliquez sur l’image pour vous engager à ne plus faire les APC

Participer à la mobilisation Les PEGC, le collège, n° 84

Se syndiquer en ligne

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 14


SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 Saint-Brieuc Tél. : 02 96 61 88 24 - Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu-es du SNUipp-FSU 22 sont les délégué-es de TOUS les personnels du 1er degré public et de tou-tes les PE du 2nd degré. Ils et elles informent toute la profession, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, accompagnent les collègues, organisent les mobilisations et rendent compte de leur activité.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer et à voter SNUipp et FSU aux élections professionnelles pour soutenir leur action et celle du syndicat.

Se syndiquer en ligne