Retour accueil

Vous êtes actuellement : Le métier  / Rythmes scolaires 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Compte rendu du "groupe de suivi de la mise en œuvre des rythmes scolaires" du 1er juillet 2016

lundi 4 juillet 2016

Compte rendu du groupe de suivi de la mise en œuvre des rythmes scolaires à la direction académique des Côtes-d’Armor le 1er juin 2016

Compte rendu succinct du groupe de suivi des rythmes

Présents
L’IEN Adjoint
Deux inspecteurs
Un directeur d’école
Des représentant-es des personnels : 2 SNUipp-FSU et 1 SE-UNSA

PEDT* : Les PEDT de 19 communes ayant mis en oeuvre la réforme des rythmes scolaires arrivent à terme. Ces PEDT sont prorogés d’un an afin que tous les PEDT du département soient synchronisés et mis en oeuvre à la rentrée 2017. La réécriture aura lieu en mai/juin 2017 pour que le préfet, la DSDEN et la CAF valident les PEDT avant la rentrée 2017.

A la rentrée 2015, 281 communes des Côtes-d’Armor avaient au moins une école publique.
98,9% de ces communes étaient entrées dans un PEDT.

Premières évaluations des rythmes scolaires Présentation d’éléments de différents rapports parus récemment :
- par la CAF
- Françoise Cartron, vice-président du Sénat et sénatrice de la Gironde
- Georges Fotinos, fondateur de l’ORTEJ, et François Testu, chronopsychologue et le rapport de l’inspection générale.

- 92 % de commune avec PEDT en France (96 % des élèves sont scolarisés dans une école d’une commune ayant signé un PEDT).
- 15 % de ces écoles suivent des rythmes de l’expérimentation Hamon.

D’après l’analyse de ces études rapportée et opérée par la direction acdémique du 22, les parents d’élèves et les élus seraient globalement satisfaits de la mise en œuvre de la réforme des nouveaux rythmes scolaires. Les enseignants auraient toujours un ressenti négatif (Sauf en REP où la tendance serait à la satisfaction, et en REP+ à une grande satisfaction. Fotinos et Test notent, d’autre part, une amélioration du climat scolaire en REP. Le SNUipp-FSU 22 souligne que les écoles de REP et de REP+ bénéficient - sur le papier - de plus de moyens (bien que ce ne soit pas encore suffisant), ce qui permet de mieux amortir les effets de la mise en place de la réforme. Il indique également que l’idée d’une plus grande prise en charge du temps de l’enfant par la collectivité dans les quartiers relevant de l’Education prioritaire peut être partagée par ces collègues, en tant que professionnels : cela ne signifie pas pour autant une adhésion de principe aux conditions de la mise en œuvre de cette réforme.

L’inspection générale constate un gain sur les temps d’apprentissage, une baisse moyenne du temps global de récréation. Mais elle pointe un déséquilibre entre les volumes horaires consacrés aux Mathématiques et au Français, qui ont augmenté, et ceux consacrés aux arts et à l’EPS, qui ont diminué. Il existe pour l’inspection générale une réelle inquiétude concernant les apprentissages de l’après-midi dans les classes maternelles.

Le SNUipp-FSU 22 demande si l’idée même d’un cadrage départemental des rythmes a été envisagée par la DASEN 22.

La collègue directrice d’école convoquée au groupe de travail déplore (à juste titre)le manque d’accompagnement et de formation des équipes lors de la mise en œuvre.

Le SNUipp-FSU 22 souligne :
- les difficultés déjà évoquées lors des GT rythmes précédents et notamment la fatigue certaine rencontrée par nos collègues,
- l’augmentation des arrêts maladies, celle des demandes de temps partiels (certain-es collègues sont contraint-es d’accepter une perte de revenus pour "tenir"),
- la surcharge de travail augmentée par les 108 heures trop cadrées Le SNUipp-FSU 22 réaffirme les mandats du SNUipp et la demande d’un temps de travail dissocié du temps de présence des élèves : 18 h+3 h. Ce qui permettrait par ailleurs de nous rapprocher dles obligations de service de nos collègues du secondaire.

L’IEN Adjoint reproche aux représentant-es du SNUipp-FSU 22 de faire des raccourcis (on peut le dire : raccourcissons la durée du temps de travail !).

Le SNUipp-FSU 22 complète le tableau des difficultés selon lui imputables à la réforme : des difficultés pour les collègues à se réunir, à échanger et à envisager et construire du travail en équipe. Quant aux temps d’information syndicale, ils sont réduits de fait.

L’IEN Adjoint rebondit sur le thème de la fatigue pour évoquer celle des élèves. Selon son analyse des rapports, la fatigue des élèves perdure. Mais elle ne dépendrait pas du changement, puisqu’elle était préexistente. La cinquième matinée n’aurait aucun impact sur la durée et la qualité du sommeil des enfants, sauf pour les élèves de REP qui ne participent pas aux TAP.

Pour l’impact sur les apprentissages, il sera mesuré à long terme. Il est encore trop tôt pour évaluer.

Le SNUipp-FSU 22 indique qu’à force d’attendre la mise en œuvre d’une étude officielle et quantifiée, il sera bien difficile de trouver des points de comparaison. Des évaluations nationales existent déjà (même si elles ne sont plus obligatoires en CE2). Il suffirait d’en comparer les résultats dès maintenant, avant que les nouveaux programmes élémentaires ne soient appliqués, afin d’éviter de fausser la donne des résultats de l’étude.

Le SNUipp-FSU 22 parle de la fatigue des enseignants, des fins de carrières rendues difficiles, de l’augmentation des trajets hebdomadaires et de la tenue d’animations pédagogiques tardives et possiblement éloignées du domicile. C’est une nouvelle occasion de revendiquer la libre utilisation des 108h.

L’IEN Adjoint nous répond "M@gistère" et reproche aux collègues de ne pas savoir ce qu’ils veulent in fine !

Présentation de la trame du nouveau PEDT L’IEN Adjoint insiste sur l’importance d’une mise en cohérence du PEDT et du projet d’école. Des fiches techniques d’aide au rédacteur seront proposées. Selon l’IEN Adjoint, les parcours citoyens et culturels ne peuvent être constitués par la seule Éducation nationale. Ils faut prendre en compte les savoirs informels et remettre de la cohérence.

Le SNUipp-FSU 22 s’inquiète de possibles dérives de "délestage" de certains domaines des apprentissages vers les TAP (EPS, pratique artistique, etc.).

L’IEN Adjoint répond qu’il est bien spécifié que TAP et École doivent se compléter et non se concurrencer.

Les élu-es du SNUipp-FSU 22 sont les délégué-es de TOUS les personnels enseignants du 1er degré public. Ils interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes et rendent compte ensuite de leurs activités.

N’hésitez surtout pas à les contacter et aussi à vous syndiquer pour soutenir leur action et celle du SNUipp-FSU.

Les PEGC, le collège, n° 84

Se syndiquer en ligne


Participer à la votation citoyenne

L’intersyndicale CGT, FO, la FSU, Solidaires, l’UNEF, l’UNL et FIDL organise une votation citoyenne dans les entreprises, les administrations et les lieux d’étude. Le SNUipp-FSU appelle les enseignants des écoles à participer massivement à ce moment de démocratie en votant en ligne ou avec les bulletins « papier ».

Je participe au vote !


Signer la pétition "Transformons notre travail"

P.-S.

*PEDT : Projet éducatif territorial

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 9


SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 Saint-Brieuc Tél. : 02 96 61 88 24 - Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu-es du SNUipp-FSU 22 sont les délégué-es de TOUS les personnels du 1er degré public et de tou-tes les PE du 2nd degré. Ils et elles informent toute la profession, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, accompagnent les collègues, organisent les mobilisations et rendent compte de leur activité.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer et à voter SNUipp et FSU aux élections professionnelles pour soutenir leur action et celle du syndicat.

Se syndiquer en ligne