Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carte scolaire : CTA, CTSD ou CDEN 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

RPI : transformés en écoles intercommunales par la DASEN ?

lundi 8 décembre 2014

La DASEN a clairement annoncé ses intentions : transformer un maximum de RPI en "écoles intercommunales" pour réduire le nombre des écoles considérées comme trop petites selon le contrat d’objectif du recteur. Opposons-nous ensemble à ce projet avec les élus et les parents d’élèves.

Restructuration de la carte des écoles rurales ou "isolées" (fusion au sein de RPI, transformation des RPI en "écoles intercommunales"), voici l’objectif visé par le recteur pour une diminution du nombre de petites écoles, c’est à dire dans le jargon gestionnaire, la réduction du "poids structurel" (qui n’est que le seul coût budgétaire).

Le SNUipp-FSU 22 prend des contacts avec les collègues de ces écoles de RPI et RPC. Partout dans le département, des collègues directeurs de RPI, RPC - ceux qui pourraient "profiter" selon la direction académique d’une décharge - et même des maires de communes où des petites écoles ne sont pas actuellement en RPI, ont été approchés (ainsi que les élus qui ont été conviés à des réunions pour leur vanter les avantages d’une fausse intercommunalité se traduisant de facto par une réduction mathématique du nombre des petites écoles et un relâchement du maillage territorial).
Il s’agit de fusionner des RPI, ou des écoles "isolées" avec une plus grosse école d’une commune distante, mais aussi des écoles d’une même commune.

Non. Nos collègues ne sont pas dupes.
Qu’ils soient adjoints ou directeurs, ils ont des craintes justifiées sur les effets inéluctables d’une telle décision. Perte de la fonction de direction et de son indemnité pour certains, sans pour autant être libéré du travail de contact et de dialogue direct ou téléphonique avec des familles, des communes recherchant logiquement la plus grande proximité ; nouvelles responsabilités à distance accrues pour des directeurs "d’école" éclatées en réseau de sites se retrouvant, eux, coupés du contact avec leurs collègues, les élèves et les familles (problèmes des concertations, des TAP, etc.) ; disparition pour tous du rattachement administratif à une école d’exercice précise (avec les risques de problèmes de mesure de carte scolaire, de répartition de classes qui entraînerait un déplacement des collègues ou de leurs élèves, problème de versement de frais de transport)...

Non. La stabilité des équipes enseignantes sur de telles écoles ne s’en trouvera pas renforcée !
Au contraire, de nombreux collègues nous annoncent vouloir quitter leur petite école si un tel projet était mis en œuvre, après s’être s’y considérablement investis pendant des années au bénéfice de l’École publique en milieu rural.
En revanche, à moyen terme (un an, deux ans plus tard ?) les risques de se voir retirer un poste en carte scolaire, aboutissant potentiellement à la fermeture d’une école devenue "site", seront augmentés par la globalisation des effectifs effectuée par la DASEN.

Nous vous conseillons de vous mettre en rapport avec les élus, pour les mettre en garde contre les conséquences de décisions irrémédiables.
D’emblée, leur refus peut stopper net de tels projets.

L’inspection fait parfois miroiter une pérennisation du site, une ouverture ou un maintien, un directeur "coordonnateur" (sic !) de sites, des économies de frais de fonctionnement des écoles et des TAP. Or, dans de nombreux cas, de nouveaux transports d"élèves devraient être financés.
La cerise sur le gâteau étant l’argument pédagogique de l’émulation des élèves dans une plus grosse structure ! Comme si, dans cette logique, des élèves scolarisé dans les petits sites de proximité allaient être davantage stimulés par la suppression d’un numéro RNE d’école, ou d’autres par des transports en bus scolaire.

Quant aux délégués du personnel du SNUipp-FSU 22, fort des renseignements et informations que vous nous avez communiqué et que vous nous communiquerez (effectifs de toutes les classes d’âges, situation particulière), ils pourront défendre votre RPI, vos collègues et la scolarisation de tous ses élèves en amont de la carte scolaire de février, dès la réunion du groupe de travail de début janvier sur la scolarisation des moins de trois ans, puis lors de la carte scolaire de février.

Si une délégation locale souhaitait être accompagnée par nos représentants syndicaux, contactez le SNUipp-FSU 22.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 9


SNUipp-FSU 22 : 18 rue de Brest, 22000 Saint-Brieuc Tél. : 02 96 61 88 24 - Portable : 07 89 95 00 79 - @dresse courriel  : snu22@snuipp.fr

Plan d’accès : Nos locaux à Saint-Brieuc
Mentions légales

Les élu-es du SNUipp-FSU 22 sont les délégué-es de TOUS les personnels du 1er degré public et de tou-tes les PE du 2nd degré. Ils et elles informent toute la profession, interviennent dans les instances, contrôlent les opérations, portent les demandes, accompagnent les collègues, organisent les mobilisations et rendent compte de leur activité.

N’hésitez pas à les contacter... mais aussi à vous syndiquer et à voter SNUipp et FSU aux élections professionnelles pour soutenir leur action et celle du syndicat.

Se syndiquer en ligne